> Transcription vidéo « Viendra, viendra pas ? »

Transcription vidéo « Viendra, viendra pas ? »

Atelier niveau moyen
Nabil : En 1999, je rencontre Karine à Marrakech. Pendant 2 ans, elle vient me rejoindre tous les 3 mois au Maroc, je suis heureux. À chaque fois, je la retrouve, mais les départs sont de plus en plus difficiles. Malgré mon travail de musicien qui marche bien, je décide alors de partir en France pour vivre mon histoire d'amour.
La voix de Karine : Ben, j’suis toute légère, j’suis très émue parce que j’vais chercher mon futur mari à l'aéroport. J'arriverai pile à l'heure, donc j’suis heureuse et légère.
Nabil : Quand j'atterris, j’suis rassuré parce que je sais que Karine est là. Mais, j'ai peur aussi, parce que pour moi, la France c'est comme un décor inconnu.
La voix de Karine : J’suis dans la voiture, il fait nuit, c'est une belle soirée, ça roule bien sur le périph, j’sais que j’suis tranquille, que j'ai le temps, le temps qu'il récupère ses bagages, qu'il passe la douane.
Nabil : Quand je débarque à l'aéroport, c'est juste après les attentats du 11 septembre. J'arrive à 23 heures, il fait nuit, il y a très peu de monde, mais beaucoup de militaires. Karine n'est pas là, je n'ai pas de téléphone, juste son numéro. Je vais à l'accueil pour essayer de la contacter. Une hôtesse me prête son téléphone.
La voix de Karine : J’suis sur le périph, j’reçois un coup de fil de Nabil, paniqué, qui me dit qu'il est déjà arrivé, qu'y a plus personne dans l'aérogare, qu'il est tout seul, qu'il m'attend. J’lui dis : « Pas de soucis, t'inquiète pas mon chéri, j'arrive... je suis là, ben, dans... dans 10 minutes ». Il me dit : « Je t'attends porte 28 ».
Nabil : Moi, je l'attends à l'extérieur. Les minutes passent. Le temps me semble très long. Mon inquiétude se transforme en angoisse. Je n'ai qu'une seule idée : faire demi-tour et rentrer chez moi.
La voix de Karine : Un quart d'heure après, j'arrive porte 28. Personne. Pas de Nabil, mais personne. Y avait vraiment personne, c'était vide. Du coup, moi aussi, j'ai commencé un peu à paniquer parce que... J'ai attendu 5 minutes avant de le voir arriver avec sa valise et sa guitare. Quand on se retrouve, on est émus, on s'embrasse, on se tombe dans les bras.
Nabil : Quand on s'aime, il n'y a jamais de problème.